À Boulets rouges

Nicolas de la Casinière

Les Prédateurs du béton

Enquête sur la multinationale Vinci

réé en 2000, Vinci est vite devenu un champion du CAC 40 et l’un des leaders mondiaux du BTP. Autoroutes, parkings, aéroports (dont celui de Notre-Dame-des-Landes), voies ferrées, industrie nucléaire et réseaux d’eaux constituent les marchés de Vinci pour la phase construction et pour l’exploitation. Pour les partenariats public-privé et les grands chantiers, Vinci a constitué avec quelques autres majors une oligarchie très restreinte, surpuissante, imposant son ordre au monde économique et aux collectivités. Vinci incarne le capitalisme moderne avec un discours de façade écolo, une rhétorique bien rodée sur l’humain au cœur de l’entreprise, des œuvres de bienfaisance bien orchestrées. Ce qui n’empêche pas des pratiques de prédateur en profitant des opportunités ouvertes par la crise financière et économique, l’exploitation de la précarité des salariés, les proximités avec le pouvoir et quelques ennuis devant les tribunaux.

SOMMAIRE :

Oligarchie vaincra ! Rapport à l’argent d’Antoine Zacharias le fondateur, premier patron du CAC 40 traîné en justice et condamné pour avantages de départ. Portrait de son dauphin et successeur, Xavier Huillard, qui a précipité la chute du patriarche.
Du passé faisons table gigogne. Histoire de groupe avant la constitution de Vinci : Girolou, SGE, rachat et absorption, dessous de table du temps de la Générale des eaux.
Vinci soit-il. Le groupe de BTP depuis sa création en 2000. Stratégie de réseau et de filiales, tactiques de prédateur (rachat des aéroports portugais). Traitement social de ses salariés.
À qui profite le green ? Greenwashing et socialwashing : les stratégies de communication pour paraître pétri d’écologie et de responsabilité sociale face aux conditions de travail, à la précarité sur les chantiers, aux procès pour mise en danger des salariés.
Charité bien ordonnée. Bonnes œuvres, chaires universitaires, fondations et think tanks, (Hulot, Institut de l’entreprise, Fabrique de la cité, Fondation Vinci pour la cité, Fondation Vinci autoroutes, Pour une conduite responsable, Aurore...)
En tout état de cause. Marchés publics en état de siège. Partenariat public-privé (PPP) et rapports avec l’État, pantouflages, passage des services de l’État au service de Vinci.

L’auteur

Nicolas de la Casinière (né en 1954) est journaliste et illustrateur. Il anime le périodique satirique La Lettre à Lulu, et vient de signer, pour les éditions Les Beaux-Jours, Le Guide du promeneur de Nantes (mai 2013). Il a également publié, en 2012, un Guide secret de Nantes et de ses environs (éditions Ouest-France).

À propos

160 pages — 8,00 €
ISBN : 9782918059370
Parution : septembre 2013