Le blog des éditions Libertalia

1 | ... | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | ... | 163 |

Un court moment révolutionnaire sur Historical Materialism

mardi 29 décembre 2020 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Publié sur Historical Materialism (en anglais), juillet 2020.

Rethinking the Birth of French Communism

2019 saw the centenary of the founding of the Communist International. Its ambition – to create mass revolutionary parties capable of carrying through a global transformation of society – remains unfulfilled but continues to haunt a revolutionary left still grappling with the problem of the form of organisation it needs.
As late as 1989 the founding editor of Revolutionary History insisted :
The verdict of history is universal, and conclusive. Except in countries where there was no working class party of any sort already in existence, there has never been a revolutionary party created by recruitment in ones and two to a sect. All the mass parties of the Third International – not excepting the Russian – issued from splits inside previously existing working class parties.
Al Richardson was a scrupulously honest historian, and he would undoubtedly have found it necessary to rethink his conclusions in the light of historical research. For many years, the history of the Comintern and its various sections was overshadowed by the fact that its historians had their own problems. Those who claimed that the French Communist Party was the legitimate heir of the party created at Christmas 1920 had to wrestle with the fact that so many of those who had played a major part in its founding had disappeared – expelled or resigned – by the mid-1920s. Critical accounts were generally so blighted by Cold War prejudices that they failed to comprehend what the party’s founders were trying to do. And even critics from the standpoint of the Left Opposition were often preoccupied with defending the orthodoxy of their own tradition and failed to register the different directions which the party’s dissidents took.
So Julien Chuzeville’s new study of the origins and first years of the French Communist Party is to be welcomed. At first sight the SFIC (French Section of the Communist International) looks like a textbook example of a mass revolutionary party formed from a split inside a ‘previously existing working class party’. During the Christmas of 1920 at Tours, the congress of the French Socialist Party (SFIO, French Section of the Workers’ International), the party of Jaurès, Guesde and the Lafargues, decided by majority vote to affiliate to the Comintern ; the minority seceded. Yet, as Chuzeville’s account shows, things were not quite so simple.
The book is scrupulously documented, using French Communist Party and Comintern archives and police records, as well as the private correspondence of some of the main protagonists. Chuzeville, who belongs to the generation who came to maturity after the fall of the Berlin Wall, does not seem to have any ideological baggage. He is generally sympathetic to the aspirations of the revolutionaries who built the party, though he is sceptical towards Leninism in its various guises. His claim that the Comintern never functioned democratically and was always dominated by the Russian party undoubtedly has some truth to it, but a careful study of the minutes and other documents of the first four Congresses might have led to a more qualified judgement. 
Chuzeville’s careful and detailed account allows us to trace the conditions in which the emergence of a mass revolutionary party was possible. Firstly, the split in the SFIO did not fall from the skies, nor was it the work of ‘entrists’ ; it was the product of a unique historical conjuncture resulting from the horrific events of the First World War. Chuzeville traces the divisions in the party back to 1914 and shows that for some time a split had been considered ‘inevitable’. The vote at Tours was no more than a final ceremonial recognition ; delegates had been mandated well in advance.
The delegates had ‘seized the time’, but only just. The upturn in struggle which had made the party possible was already coming to an end, as Chuzeville demonstrates with strike statistics which show a sharp decline in struggle after 1920. Unfortunately, the party failed to recognise the facts and continued to act as though a potentially revolutionary situation still existed. Chuzeville believes there were elements of Blanquism in the party’s Leninism – though they were partly legitimised by the state repression of the period.
But, secondly, the split and its successful outcome were the products of hard work by a number of key activists, and in particular the Committee of the Third International, which was the International’s French section before the founding of the SFIC. Chuzeville draws attention to individuals who played a central role – Alfred Rosmer, Pierre Monatte, Boris Souvarine and Fernand Loriot (of whom Chuzeville has written a biography). All these figures – and a number of others with whom they were associated – had disappeared from the Communist Party by the mid-twenties, and so tend to be neglected by those, Stalinists or Cold War ideologists, who want to see a continuity between the Party’s origins and its later Stalinist reality. (Monatte did not join the Communist Party till 1923 when ‘the politicians were leaving’.) Chuzeville is not the first historian to point to the importance of the role of the revolutionary syndicalists in the formation of the French Communist Party – the American Robert Wohl, Philippe Robrieux and François Ferrette had all done so previously. But it is clear from his account of the role of Monatte, Rosmer (absent in Moscow for the earlier part of the story) and others that the revolutionary syndicalists played an essential role in the founding of the French Communist Party, so that an account of its birth as simply a split in the mass socialist party is seriously misleading. Some syndicalists had been members of the SFIO for tactical reasons, but others had never joined the party, and became SFIC members only after the split. 
And thirdly, the creation of a mass revolutionary party was possible only because the Communist International already existed. As Chuzeville shows, the party was initially known as the SFIC (French Section of the Communist International) : the more familiar acronym – PCF – only came into use later.
Chuzeville believes that many of the French activists had illusions or did not clearly understand what was happening in Russia. Perhaps, though it may also be the case that he underestimates the force of the enormous wave of hope aroused by the Russian Revolution in a war-weary population. He notes that some of the French activists, for example Loriot and Rosmer, had known Lenin ; in particular he quotes Rosmer’s memoirs of the period – Lenin’s Moscow – but does not follow up the very clear distinction that Rosmer makes between the methods of Lenin and of Zinoviev.
The ‘short revolutionary moment’ of Chuzeville’s title lasted only four years, but it was a rich period, and as well as the interminable internal disputes which he traces in some detail, we get a picture of the party’s activity. The revolutionary wave was already ebbing, and the united front was essential to maintaining and building a party that could take advantage of any future upturn. But there was considerable confusion and dishonesty among sections of the leadership, and Chuzeville considers that only in 1923 was the united-front tactic properly used.
Nonetheless there was much positive in the period. A number of remarkable women leaders like Marthe Bigot emerged in the early period, and there was imaginative activity around women’s suffrage. Women did not have the vote – but it was possible for women to get their names on the ballot paper and to have their voters counted. The anti-militarist traditions of the period before 1914 were revived when French troops invaded the Ruhr in 1923 and there was a courageous intervention which even drew in some of the more right-wing elements in the party. Rosmer could have become secretary of the party – but he declined the job because he thought his work developing the influence of L’Humanité, the party’s daily paper, was more important. 
All too soon ‘Bolshevisation’ triumphed, with the leadership of Treint combining the bureaucratic suppression of opposition with adventurist stupidity. Treint was calling the Socialist Party ‘social fascists’ as early as 1924. At one public meeting, armed stewards shot two anarchists dead ; it was good fortune that the state authorities did not use the opportunity to seriously damage the party. Russian finance, which had played a relatively small role in the party’s first years, now had a growing influence as membership declined. Money was spent on buying premises where full-time organisers could be installed rather than on propaganda and agitation. A shift to organisation around workplace-based cells was in itself a positive move, but was carried through too hastily and with the aim of suppressing opposition.
Chuzeville ends his story in 1924. Yet if Rosmer and Monatte were gone, others stayed a bit longer. Amédée Dunois left in 1927, Maurice Dommanget, historian and trade-union activist, stayed till 1929. Activity against the Rif War had both positive and negative features. If Zinoviev and his clique had laid the foundations, it would be 1930 before the party became fully Stalinist.
Many of the best activists from the early years regrouped around Monatte’s new journal, La Révolution prolétarienne, which Chuzeville quotes frequently. This provided valuable and perceptive commentary but was not a focus for action. 
There is more, much more, to be said about the early years of the French Communist Party. Even if the manner of its creation belongs to a unique historical period which will not be repeated, there is a lot to be learnt from its activities and activists. For revolutionaries, organisation is a means to an end. But as Chuzeville concludes, for the PCF all too soon means became ends in themselves.

Ian Birchall

William Blanc sur le Moyen Âge et la pop culture

mercredi 23 décembre 2020 :: Permalien

Émission Nota Bene (Benjamin Brillaud) du 21 décembre 2020.

« Le Moyen Âge c’est sale, c’est brutal, ça pardonne pas. C’est en tout cas l’image que l’on en a, notamment via la pop culture. Mais qu’en est-il vraiment ? Comment ce Moyen Âge nous est présenté dans les livres, les jeux ou au cinéma ? Comme cette période inspire-t-elle tout un pan de la pop culture ? Je vous propose aujourd’hui de découvrir les liens qui unissent la Pop Culture et le Moyen Âge avec William Blanc, spécialiste du médiévalisme (la représentation du Moyen Âge). »

L’Homme hérissé sur Antiopées et Lundi.am

lundi 21 décembre 2020 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Publié sur sur Antiopées et Lundi.am en décembre 2020.

L’histoire de Liabeuf est assez méconnue, je crois (en tout cas je l’avais ignorée jusqu’ici). Raison de plus pour la découvrir dans ce petit bijou qu’est le texte de Pagès : il est vraiment impeccable – précis, concis, empathique mais sans pathos aucun, il m’a touché au cœur autant qu’il m’a réjoui l’esprit. L’action a lieu en 1910, de janvier à juillet précisément. Décor : le Ventre de Paris – les Halles et le quartier Saint-Merri – haut lieu d’insurrections avant la reprise en main par les forces de l’Ordre : l’urbanisation d’Haussmann puis la Semaine sanglante qui mit fin à la Commune. Mais traînent encore par-là les souvenirs de certaine barricade élevée en 1832, sous Louis-Philippe, et dont la reprise coûta la vie à une centaine de ses défenseurs… (Mais si, vous vous en souvenez comme moi : c’est là que Hugo situa les derniers exploits de Gavroche !) Pour être exact, l’action commence là, rive droite, avant de se déplacer « rue du Croissant, dans le café qui servait alors de quartier général nocturne aux journalistes de tous bords […] où quatre ans plus tard, le 31 juillet 1914, Jean Jaurès sera lâchement assassiné » (L’Homme hérissé, p. 68), et de se terminer, rive gauche, entre la prison de la Santé, où fut incarcéré le Bouif, comme on surnommait Liabeuf, le « petit périmètre délimité par quatre marronniers, rue de la Santé, au pied d’un mur extérieur de la prison, à égale distance du portail de la forteresse et du boulevard Arago » (p. 168), ou il fut guillotiné, et les boulevards Arago et Saint-Marcel, théâtre d’une émeute populaire impuissante à empêcher cette exécution.
Pourquoi Liabeuf fut-il guillotiné ? C’est ce que raconte ce livre. D’abord, c’était un méchant, aux yeux d’un certain monde du moins. Aujourd’hui, ce certain monde parlerait probablement d’un « criminel fanatisé ». Il ne défendait pourtant aucune cause, fors l’honneur [1]. Il y avait beaucoup de travailleuses du sexe, au quartier Saint-Merri où vivait notre cordonnier – c’était son métier. Lui en fréquentait une, en tout bien tout honneur, justement, c’est-à-dire sans qu’il y eût entre elle et lui un quelconque échange monétaire. Une bluette, en somme : « Notre Bouif, plutôt empoté avec la gent féminine, eut vite fait de s’amouracher de celle qu’on surnommait aussi Didine Cendrillon [ça ne s’invente pas !] parce qu’elle avait joué le rôle de la jeune princesse à l’école primaire. » (p. 53) Problème : la « gagneuse » était sous la coupe d’un mac nommé Gaston. Qu’à cela ne tienne, afin d’obtenir l’émancipation de sa Dulcinée, l’amoureux transi provoque le maquereau en duel. Mais au moment où, derrière l’église Saint-Merri, les rivaux sortent leurs lames, voilà que débarque une escouade d’agents de police en tenue. Le règlement de compte était remis à plus tard… Sauf qu’ayant perdu la face, et sentant que sa « protégée » lui échappait, Gaston ourdit un coup bien vicelard – c’est en tout cas une hypothèse de Pagès qui, prudent, ajoute : « À moins que le seul hasard ne lui [ait servi] sa revanche sur un plateau. » (p. 54) Ici, il faut savoir qu’à cette époque les flics n’étaient pas toujours très réglos (incroyable, non ?), et même qu’ils étaient souvent assez pouraves (ça ne se verrait plus aujourd’hui, pour sûr !). La fameuse « brigade des mœurs » dont les agents « en bourgeois » (lisez : « en civil ») fréquentaient de près maquereaux et prostituées, et même de si près que l’on peut penser qu’un certain nombre d’entre eux cumulaient les deux casquettes, avait été dissoute en 1903… Mais ses membres, eux, n’avaient pas été dissous, et encore moins leurs mauvaises manières. Quoi qu’il en soit, les agents en bourgeois Eugène Maugras et Henri Vors se mettent à filer systématiquement le Bouif et le voient se faire offrir des verres de vin et des cigarettes par la dite Didine Cendrillon. Pis, ils prétendent avoir vu celle-ci en train de remettre de l’argent à son cordonnier préféré, ce qui justifie leur arrestation à tous les deux. Ici Liabeuf se révèle piètre menteur puisque, interrogé au poste de police du 4e arrondissement, il nie l’évidence, soit qu’il connaît Didine, laquelle soutient de son côté la même version. Résultat : en août 1909, « le tribunal correctionnel de la Seine condamna […] Liabeuf [pour « vagabondage spécial », ainsi qu’était nommée l’activité de souteneur] à trois mois de prison ferme, cinq ans d’interdiction de séjour et cent francs d’amende » (p. 63). On devine qu’un certain Gaston ne devait pas être mécontent. Liabeuf, si. Très mécontent même. Et pas d’abord à cause de la taule, de l’interdiction de séjour ni de l’amende, non. Mais parce qu’il ne supportait pas de se voir traité de souteneur, alors qu’il ne l’était pas ni ne l’avait jamais été, même pas en rêve. Un peu psychorigide, le gars. D’autres auraient déprimé, voire pire. Pas lui – ulcéré, on pourrait dire qu’il eut la déprime active : il se hérissa, au sens propre comme au sens figuré. Il avait juré d’avoir la peau de la Flûte et Beau Gosse, sobriquets de Vors et Maugras à Saint-Merri. C’est ainsi qu’afin de se préparer au mieux à la bagarre, il se confectionna quatre brassards de cuir hérissés de pointes en fer et se les fit attacher par la Grande Marcelle autour des avants-bras et des biceps en cette soirée fatale du 8 janvier 1910 dans l’estaminet La Mère Navarre, rue Beaubourg. Il les dissimula sous une ample cape noire, qui cachait également un tranchet et un revolver de gros calibre. Il n’aurait pas dû être là, puisqu’il était interdit de séjour. Mais il n’en avait cure, tout à sa vengeance – pardon, à la réparation de son honneur d’honnête travailleur. Cependant, le quartier pullulait de mouchards et d’agents en bourgeois. Ils l’avaient repéré. Du coup la Flûte et Beau Gosse s’étaient fait porter pâles et n’étaient pas en service ce soir-là. Bien leur en prit.
Avec la Grande Marcelle et les autres, Liabeuf rejoint un second établissement, Les Caves modernes. Là, en sirotant la spécialité maison – mélange d’absinthe et de crème de prunelle – les quatre commère et compères s’installent et entament une partie de cartes. Un indic connu de la Grande Marcelle entre dans la salle. « En racoleuse émérite, la Grande Marcelle connaît son monde. Elle a vite fait de prévenir le Bouif d’une œillade discrète : le nouveau venu est de mèche avec la police.
—  Qu’est-ce que tu veux que ça me fasse, réplique-t-il en haussant délibérément le ton. La guerre est déclarée. Tous les mouchards du quartier peuvent bien rappliquer, je me charge de les buter ! »

Et de multiplier les menaces contre la Flûte et Beau Gosses : « les bougres, je vais les bouffer ! » (p. 19) L’indic décampe sans demander son reste. Les partenaires de jeu du Bouif vont jeter un œil à la porte : il y a des flics partout. C’est juste ce qu’il voulait. Ses compagnons et la Grande Marcelle tentent de le retenir. Mais lui est déjà sur le pas de la porte : « Vous savez, les potes, on va rire ! » On lira la description de ce fou-rire dans le texte d’Yves Pagès. Il fallut pas moins d’une dizaine d’agents pour maîtriser Liabeuf – il a pris un coup de baïonnette au poumon. Un flic mourra quelques heures après la bagarre, un autre est très grièvement blessé et au moins deux autres s’en tirent avec les mains déchirées par les brassards cloutés.
Voilà pour l’affrontement direct entre la plèbe et la police. Commence alors un autre affrontement, celui des représentations, déjà. À notre droite, le préfet Lépine, que l’on va découvrir ici telle la sombre crapule qu’il fut, et dont la posture politique ne pourra pas ne pas rappeler à la plèbe d’aujourd’hui celle de l’actuel préfet de police de Paris, dont je veux oublier le nom. Hé oui, Lépine, ce ne fut pas seulement le fameux concours, mais bien la répression et le soutien total à ses agents en bourgeois comme en uniforme. Avec Lépine, la presse mainstream de l’époque, de La Libre Parole de l’antisémite Drumont jusqu’à L’Humanité du socialiste Jaurès, en passant par les bien-pensants Journal, Petit Journal et Paris Journal : tous rivalisent dès le lendemain du baroud d’honneur de Liabeuf de titres sensationnels genre « L’Assassin de la rue Saint-Merri », « La vengeance de l’apache » ou « Effroyable tuerie rue Aubry-le-boucher ; l’apache aux brassards de fer ». À notre gauche, un agitateur, Gustave Hervé, et son journal La Guerre sociale. Gustave Hervé tournera mal plus tard, il rejoindra les salopards de l’union sacrée pendant la Grande Guerre, oui, ceux-là qui proclamaient bien fort, droits dans leurs bottes mais à l’arrière, quand même, n’exagérons rien, que la France se battrait jusqu’au dernier poilu (quitte à les fusiller quand ils regimbaient). Mais pour le moment, il est à fond – aux taquets comme on dit maintenant, et aux aguets de la moindre occasion de manifester son opposition révolutionnaire (ce canard avait été fondé par des syndicalistes révolutionnaires de la CGT et la minorité d’extrême gauche des socialistes refusant le ralliement des jauressiens à la IIe Internationale. Il n’y allait pas de main morte : ainsi avait-il proposé la question suivante à ses lecteurs au sujet de Georges Clémenceau, alors ministre de l’Intérieur : « Doit-on le tuer ? » rapporte Pagès, p. 70.) Bref, Hervé prend position pour Liabeuf dans un édito inacceptable par les bourgeois… et les flics et les magistrats : « Je trouve que dans notre siècle d’aveulis et d’avachis, il [Liabeuf] a donné une belle leçon d’énergie, de persévérance et de courage à la foule des honnêtes gens. À nous-mêmes révolutionnaires, il a donné un bel exemple.
Tous les jours, il y a d’honnêtes ouvriers qui sont victimes de brutalité policière, d’ignobles passages à tabac, de condamnations imméritées, d’erreurs judiciaires grossières : avez-vous entendu dire que l’un deux se soit vengé ? […]
Tous les jours, les magistrats, avec une légèreté, une inconscience et une férocité sans nom, dans des jugements rendus le cœur léger et par-dessus la jambe, promènent la ruine, la douleur, le déshonneur dans les familles : avez-vous jamais ouï qu’une seule de leurs victimes se soit jamais vengée ? »
(p. 74) Étrange époque que cette Belle Époque, non ?
On apprendra en lisant la suite comment la condamnation à mort de l’« homme hérissé » devint une affaire nationale, et comment le président de la République Fallières, qui avait pourtant accordé sa grâce à 133 condamnés à mort entre 1906 et 1908, la refusa à Liabeuf. Il est vrai qu’il avait recommencé à refuser les grâces en 1909, sous la pression populaire, après une affaire particulièrement horrible de viol et de meurtre d’enfant, puis l’arrestation d’une bande de malfaiteurs qui avaient terrorisé le Pas-de-Calais avec sept assassinats à leur actif. Mais dans le cas de Liabeuf, l’opinion était bien plus partagée. Curieusement, on a l’impression qu’alors, tout le monde détestait la police (étonnant, non ?). Et puis on voyait bien que ce pauvre Liabeuf avait été victime d’une machination policière et que seul son honneur d’honnête homme (l’idée qu’il s’en faisait) l’avait poussé à casser du flic. Mais justement, comme l’avait souligné Gustave Hervé, il avait donné un détestable exemple d’insoumission. Et c’est pourquoi le préfet Lépine se mit discrètement en campagne afin d’obtenir l’élimination de ce mauvais sujet. Il obtint une entrevue secrète avec le chef de l’État et le président du Conseil durant laquelle il fit état des « menaces à peine voilées d’une délégation de la Fédération des agents de police de France au cas où l’on céderait à la compassion populacière » et mit « sa démission et celles de plusieurs de ses collaborateurs dans la balance. Le Matin avait même reproduit une note confidentielle au sujet de cette requête :
“La plupart des fonctionnaires de la préfecture de police considèrent que l’application rigoureuse de la loi s’impose si l’on veut que les hommes chargés d’assurer l’ordre et la sécurité dans Paris puissent accomplir leur devoir professionnel avec l’assurance que leur métier, déjà si périlleux, ne sera pas rendu plus dangereux encore par suite d’une clémence qu’ils considéreraient comme injustifiée.” »
(p. 151) Ah la la, c’est pas aujourd’hui qu’on verrait des choses pareilles, hein, des flics faisant pression sur leur ministre, voire sur le chef de l’État, et obtenant gain de cause…
Bon alors, vous l’aurez compris, c’est vraiment un excellent petit bouquin que cet Homme hérissé. À lire et faire lire !

[1Il faudrait voir dans quelle mesure ce n’est pas le cas de certains « criminels fanatisés ». Sans prétendre comprendre quelque chose à leurs motivations, je me demande s’il n’y a pas aussi quelque chose de cet ordre-là chez eux (rachat de leur honneur bafoué ou de leur dignité foulée aux pieds, selon l’idée qu’ils s’en font, j’entends)

L’Homme hérissé dans Le Caoua des idées

lundi 14 décembre 2020 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Publié dans Le Caoua des idées, 11 décembre 2020.

Un coordonnier pasolinien

Il y a des livres dont la nécessité revient comme un entêtement. C’est le cas de ce Liabeuf, tueur de flics, signé Yves Pagès bien avant qu’il ne dirige les éditions Verticales. Ce livre a vingt-cinq ans. Il est né d’une commande des éditions Fleuve noir qui, vers 1993, avait lancé une collection de poche, « Crime Story », racontant de façon à la fois populaire mais documentée des faits divers célèbres. Je me souviens que Claro (qu’on ne présente plus) y avait signé, à propos de l’affaire Troppmann, un Massacre de Pantin de belle facture, la figure de cet assassin étant aussi récurrente dans Livre XIX, le gros pynchonien roman que Claro publierait en 1997 aux éditions Verticales. Ayant touché un solide à-valoir de 20 000 francs, Yves Pagès se mit d’autant plus vite au travail que Liabeuf était un personnage important de la thèse qu’il venait d’achever sur Louis-Ferdinand Céline et l’anarchie, mais pas assez vite : lorsqu’il l’achève, la collection, en dépit de ses couvertures illustrées pétaradantes, a mis la clef sous la porte. L’histoire de ce cordonnier « pasolinien » (dixit Pagès) condamné à tort pour proxénétisme par des policiers ripoux de la brigade des mœurs qui, en 1910, lave son honneur en attaquant sept flics avec un manteau en lames de couteau qu’il s’est fabriqué (d’où le titre L’Homme hérissé), paraîtra pour la première fois en 2001 à L’Insomniaque, une deuxième en 2009 dans la collection « Baleine noire », et aujourd’hui donc, dans une version revue et corrigée, chez Libertalia. Si le plaisir de lecture, relatif au public visé à l’origine du projet, est toujours aussi vif (« Il est six heures du soir passées et seuls quelques lumignons blafards éclairent la devanture de la Mère Navarre, rue Beaubourg. Le ventre de Paris a soif »), sa résonance change, elle, en fonction de l’époque. La nôtre ne peut être que sensible à ce moment vieux d’un siècle de l’histoire de France où la presse usera du cas Liabeuf, et de sa liberté d’expression, pour mettre en accusation la police et ses méthodes.

Arnaud Viviant

Christophe Naudin dans La grande librairie sur France 5

jeudi 10 décembre 2020 :: Permalien

— REVUE de PRESSE —

Christophe Naudin était l’invité de François Busnel dans l’émission La grande librairie du 9 décembre 2020 sur France 5 pour son Journal d’un rescapé du Bataclan.
À retrouver sur le replay de France Télévision :
www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/la-grande-librairie-saison-13/2110297-emission-du-mercredi-9-decembre-2020.html

1 | ... | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | ... | 163 |